L'Oracle prend ses quartiers !
Et vous ouvre les portes de sa boutique. Si vous voulez un peu de piquant, c'est par
Le parc à thème ouvre ses portes
Et vous apporte des situations de jeux inédites ici
Wild Land
Les problèmes reviennent et touchent cette fois les Changelings. Les infos ici
Info presse
La conférence de presse arrive ! Si vous voulez y participer c'est ici
Le Deal du moment : -60%
Samsung Disque Dur Portable SSD Portable T5 (1 TB)
Voir le deal
166.98 €

1. The price of Power
 :: Les fondements :: Le monde et ses mystères :: Les intrigues

L'Okane

Mes messages s'élèvent à : 238 
L'Okane
PNJ
Mar 1 Oct - 8:56
The price of power
Les bruits de pas s'intensifiaient sur le revêtement du couloir du laboratoire. L'effervescence était visiblement de mise, pourtant, lorsque le chimiste entra dans le laboratoire, ce sont des cris de souffrance, d'une douleur infinie qui l'accueillirent. Loin de s'émouvoir de tout cela, il se contenta de tendre un rapport à son vis-à-vis avant de finalement ouvrir la bouche pour parler. « Le sujet 15 est désormais sous sédatif, visiblement, la dose prescrite est assez bonne pour faire ce qu'on souhaite faire, cependant, elle manque encore de stabilité. » Sa voix n'était qu'un murmure glacé, presque sans émotion, ce qui était parfaitement le cas. Loin de toute l'agitation que certains aiment avoir sur leur chemin, lui préférait de loin le calme avant la tempête. Son absence d'émotion concernant ses sujets d'études, n'était pas un souci ici, il se sentait comme chez lui. Son vis-à-vis était de toute façon pire que lui. Loin d'être sain d'esprit, dans sa tête vivait un véritable sociopathe prêt à tout pour arriver à ses fins et surtout prêt à tout pour faire payer au monde ce qu'il n'était pas. Le professeur, comme tout le monde l'appelait ici, regarda le dossier que le jeune homme lui apporta et sourit de toutes ses dents. « Bien, nous serons en position quand il faudra, est-ce que cela a été fait ? » L'autre ne lui demanda pas de quoi il parlait, tous ici étaient au courant des différentes phases et des différents plans. « Bien sûr, il est dans la place. » Un autre sourire fleurit sur les lèvres du professeur, un sourire qui faisait froid dans le dos.

« Pour l'instant, concentrons-nous sur notre spécimen 24. Regarde-moi la finesse de ce mélange. Tu vois là, l'horreur dans ses yeux quand il comprend, quand il voit les corps de sa famille éventrés par terre et lorsqu'il comprend que c'est lui qui a fait ça, que tout vient de lui. Regarde comment c'est magnifique, ce désespoir total, ce besoin de relativiser en espérant que ce ne soit pas réel. Regarde ce qu'on a créé. La première phase de notre plan va être splendide et bientôt ils regretteront. Ils regretteront tous ! »
Des cris d'agonie s’élevèrent alors de la salle du spécimen 24, mélange parfait de souffrance autant physique que mentale. Devant lui s'étendaient les corps sans vie d'un garçon, d'une petite fille et d'une femme; un quatuor de la mort et qui laissaient les deux êtres les regardant, de marbre et, juste au moment où les cris redoublèrent, les yeux du spécimen sortirent subitement de leurs orbites, dégoulinant de sang et de morceaux de cervelle, échappés malgré eux. Le sang s'échappait par les oreilles, le nez, la bouche en un flot continu qui ne semblait jamais se tarir, et puis, après ce qui parut des heures, le corps finit par s'écraser sur le sol, sans vie. « Magnifique. » Voilà tout ce que trouvèrent à dire les deux hommes dans la pièce, l'un content de son superbe travail, l'autre dont l'absence d'émotion et d'empathie le laissait froid face à la souffrance des autres.

Quelques jours après l'interlude du laboratoire, une rumeur commença à courir dans les rues de San Francisco. Une drogue du nom de Cumhach vient d’apparaître dans les rues. Il s'agit sans doute de la meilleure drogue qui soit à ce jour, spécialement créée pour les Psis, leur permettant alors d'accroître temporairement leurs pouvoirs. Les plus faibles de la population sautent sur l'occasion de voir ces dons qui les caractérisent s'accroître et n'hésitent pas à en prendre quand cela est nécessaire. Ceux qui possèdent assez de pouvoir en prennent de temps en temps et les puissants de l'espèce ne touchent même pas à cette drogue, n'y voyant là qu'un autre moyen de les rendre addict et de les contrôler. Est-ce un coup des autres espèces pour les rendre moins productifs et surtout plus malléables ? Après les divers cadavres catatoniques, les questions se posent, ne trouvant alors aucune réponse et laissant tourner les esprits, les rendant nerveux. La population commence à se méfier de  ses voisins et bien leur en prend alors que les Psis voient leur pouvoir leur échapper lorsque l'effet de la drogue prend fin. Les accusations vont bon train, certains venant même à dire que les Psis se servent à dessein de cette drogue pour utiliser leur pouvoir contre les autres espèces et faire du dégât parmi elles. Pourtant, lorsqu'un cadavre de Psychique finit découvert, le crâne explosé et le sang coulant abondamment de ses oreilles, son nez et sa bouche, San Francisco se retrouve en ébullition, surtout que les cas de Psychiques enragés continuent d'affluer. Alors, est-ce un coup de l'espèce Psis ? Ou alors autres choses de bien plus terrifiant ?

L'Okane

Mes messages s'élèvent à : 238 
L'Okane
PNJ
Dim 5 Jan - 19:25
The price of power : le calme revient
Alors que San Francisco était carrément au bord de la crise, les groupes que la police a engagé ont fini par faire la lumière sur tout ce qui est arrivé. Ainsi, Mallory Crowley, Logan Campbell et Skylar Lloyd ont réussi à mener à bien leur enquête et ont découvert que les dealers étaient en fait des gosses de riches à qui on a coupé les vivres et qui étaient facilement corruptibles. En s'aventurant dans les entrepôts, ils ont rencontré des personnes plutôt étranges, mais ils ont aussi découvert l'endroit où les jeunes recevaient leurs ordres. Ils sont revenus au poste de police avec une magnifique liste de noms dont la police s'est servi pour arrêter tous les gosses. Encore jeunes et inexpérimentés, la plupart d'entre eux ont donné toutes les informations en leurs possessions, ce qui a permis la création d'un portrait-robot de l'homme responsable de leur engagement. Le trouver n'a pas été compliqué, malheureusement, la police a fait savoir qu'il avait été retrouvé mort chez lui après ce qui ressemblait étrangement à un passage à tabac plutôt bestial.

Marina Saint-Eve, Ezra Spillmaeker et Nevada Tremblay ont quant à eux trouver le laboratoire où toutes les expériences ont été menées sur la drogue. Malgré la découverte plutôt glauque de tous ces cadavres qu'on a laissé sur place comme des morceaux de papiers usagers dont on aurait plus l'usage, ils ont découvert la composition exacte de cette drogue, comment elle a été créer, malheureusement, il n'y avait aucun dossier intéressant qui permettait de savoir qui a crée cette drogue. Par contre, l'un d'eux a découvert une feuille de papier bien caché contenant le remède à administrer aux Psychiques pour éviter que leur état n'empire. L'entreprise Lilca s'est dépêché de créer le remède et le distribue à toute la population, permettant ainsi un retour au calme concernant le râle sur les Psychiques.

Pour finir, Leïla Thorn, Ellie Devilliers et Graam Kendall ont découvert que cette drogue était l’œuvre de trois jeunes Psychiques qui voulaient en fait aider leur peuple en mettant au point un traitement permettant aux Psychiques faibles d'augmenter leur pouvoir temporairement. Engagé par une entreprise fantôme qui s'est servit de la création d'une fraternité étudiante inexistante, les jeunes gens se sont vu éliminer par ces dernières pour ne dévoiler aucun secret. Heureusement, l'un d'eux a tenu un journal permettant alors de faire toute la lumières sur ce qui se passait dans ce laboratoire clandestin. Malheureusement, il n'y avait aucun nom sur les papiers de l'entreprise permettant de trouver un nom pour faire en sorte de traduire en justice les coupables de ces crimes abominables, mais au moins, la vérité a été faite grâce au journal.

La ville reprend petit à petit un rythme normal, notamment grâce à l'aide de ces citoyens ainsi qu'au vaccin distribué à la population. La police remercie chaudement tous ceux qui sont venus l'aider, car elle n'aurait rien pu faire sans eux et s'engage à leur apporter leur aide si jamais ils en ont besoin. Le calme revient petit à petit dans la ville, pourtant, l'ombre s'approche de nouveaux à grands pas et réserve sur sa route pas mal de surprise...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: